S9-1 : 2° CYCLE MASTER

Semestre 9

Architecture Domaine d'études Trans-Form

Responsables de semestre : Laurent Protois Patrice Gourbin
Laurent Protois
Patrice Gourbin

S9-TRA-11 : Atelier de projet : L'édifice dans son territoire et dans ses détails

Responsables : Laurent Protois
Stéphane Rioland
Laurent Protois
Objectifs
« TransForm »
Transformation - Hybridation - Mutation
(Master DRAQ-S9 Transform)
En partenariat avec l'UFR des sciences et techniques de l'université du Havre.
« Diagnostic et Réhabilitation des Architectures du Quotidien »
co-accrédité par L’ENSA de Normandie et l’Université du Havre, UFR Science technique

Enseignants : Pascal Filâtre, Laurent Protois, TPCAU – Patrice Gourbin, HCA
De nombreux intervenants sont associés pour l'atelier de projet et les enseignements thématiques, en particulier G. PIQUERAS (projet de réhabilitation et détails constructifs), E. MORINI (diagnostic technique et structure), E. MACE (réglementation sécurité et accessibilité) et J. KAMAR (programmation).

Comprendre l'existant pour le Réparer, le Transformer et le Réutiliser

Sujet Transformation.
Au-delà de la spécialisation des agences d’architecture, notre époque tend vers une hyper spécialisation des quartiers avec des bâtiments conçus pour un usage bien défini; parfois avec une mixité de programme, mais rarement dans l’anticipation de l’évolution de leur usage sur le moyen et long terme.
Avec la disparition de certaines activités, l’évolution des besoins ou encore l’obligation de diminuer la consommation d’énergie, certains bâtis remarquables deviennent obsolètes et sont menacés de démolition pour être remplacés. Cette situation acceptée pendant des années interroge, aujourd’hui, les acteurs de la ville, qu’ils soient décideurs, concepteurs, ou tout simplement habitants : démolir pour reconstruire a un coût et des conséquences environnementales, sans compter l’effacement des formes et de l’histoire.
Concevoir la mutation des bâtiments est devenu un enjeu majeur, tant pour ceux qui sont remarquables et protégés que pour ceux banals et menacés.
Contenu
Sujet. : Centre-ville de Lisieux, principalement les quartiers de la reconstruction d’après-guerre. R. Camelot, G. Duval, arch.

La ville de Lisieux, ville labellisée Action Cœur de Ville, a fait de la redynamisation de son centre-ville une de ses priorités. Des périmètres inclus dans le périmètre ORT ont été ciblés par la collectivité comme prioritaires, pour activer les leviers du programme Action Cœur de Ville.
Les étudiants seront placés en situation d’analyse critique historique, urbaine, architecturale et technique des sites d’études, afin de faire émerger :
- un questionnement programmatique riche convoquant l’hybridation
- des propositions de régénération et de transformation des espaces, adaptables avec les pratiques urbaines nouvelles et à venir de la ville, et répondant aux objectifs d’utilisation optimale et économe des ressources.

La question de « l’habiter », dans la ville reconstruite, sera reposée, à partir de la reconnaissance :
- des qualités patrimoniales
- des différents types d’obsolescence
- des capacités de résilience
- des potentiels offerts par la réutilisation et l’adaptation de l’existant

Le résultat de ce travail pédagogique et de recherche sera présenté sous la forme d’une séance de restitution, d’un document de synthèse et d’une sélection de maquettes.

Programme. Une hybridation, quelle hybridation ?
Nous aborderons celle qui compose notre société et proposerons aux groupes d’étudiants un ensemble de thèmes distincts qui forment le ciment du vivre ensemble avec d’un coté le savoir, la culture, les loisirs, et de l’autre, le travail et l’habitat. A chacun de ces thèmes correspondra une partie du programme.
Le thème principal restera cependant celui du logement.
Il sera possible de concevoir avec une ou des extensions, tout comme il sera peut-être nécessaire de démolir certaines parties. Dans le cas d’extensions, leurs surfaces seront adaptées à celles de l'existant.
La dimension urbaine de ce projet sera étudiée.

Il nous faut repenser, proposer de nouvelles façons de vivre ensemble, produire de nouveaux ensembles singuliers où la mixité des usages serait de rigueur. Quelle place pour l’architecture dans l’agencement d’un programme hybride et dans la mise en place de ce programme dans un bâti existant ? Cette question peut-elle engendrer une nouvelle production formelle ? Les célèbres formules « form follows fonction » et son contraire « fonction follows form » ne devraient-elles pas être repensées dans notre contexte contemporain, ou certains usages disparaissent alors que leurs ensembles bâtis pourraient avoir une seconde vie ?

Le programme ne présuppose pas de formes bâties, le choix entre un bâtiment enveloppe, simple contenant ou au contraire un projet aux extériorités multiples sera à discuter. L’intensification des usages générés dans un bâtiment se voudra un écho à une réflexion sur la densité urbaine, sur la place d’un de la construction existante dans la ville, et sur sa capacité à muter, à se transformer, à s’hybrider...

Site : Quel environnement élargi ?
Le site sera appréhendé autant par ses caractéristiques morphologiques, géographiques ou sociales que par le biais d’une compréhension fine des enjeux et des attentes qu’un nouveau programme peut susciter. La première approche, celle du relevé de l’existant sera le fruit d’un travail partagé. Constitué en équipe de 4 à 6 étudiants, les étudiants feront une analyse morphologique des bâtiments existants, de leurs structures, enveloppes thermiques, diagnostics, leurs proximités, leurs histoires…

Pédagogie :
Par le biais d’un projet, l’étudiant devra opérer les choix initiaux d’une pratique vouée à construire pour les autres, ancrer le programme dans une réalité sociale, historique, politique, morphologique. C’est un projet multiple où des programmes dialoguent dans une enveloppe existante, non conçue au service de ces derniers. L’exercice du projet d’architecture se déroulera de manière à favoriser les échanges entre les enseignants et les étudiants mais aussi entre les étudiants architectes et les étudiants ingénieurs d’un même groupe.

Voyage d'études :
Du Samedi 7 Novembre au Mercredi 11 Novembre – Promenades urbaines et architecturales : visites de sites réparés / transformés.

Les séances d’atelier sont communes avec celles du Master Professionnel ; compte tenu de cette complémentarité de formation, le nombre d’étudiants de Master SO9 de l’ENSA Normandie est limité à 15.

Enseignement :
L’atelier de projet a lieu une fois par semaine, le mardi de 10h30 à 17H30, avec des cours complémentaires communs pour tous les étudiants.
Les séances d’atelier de projet sont communes pour les étudiants du parcours DRAQ et du SO9.

Contenus des travaux :
. Relevés et analyse historique, urbaine, architecturale et technique (diagnostic technique) de l’édifice et du site.
. Programmation adaptée aux potentialités des lieux.
. Esquisse suivie d’un avant-projet.
. Prise en compte des questions normatives (en particulier sécurité incendie et accessibilité).
. Mise au point de détails constructifs (existant /projet).
Mode d'évaluation
Les projets seront menés par groupe mixte de 4 étudiants master architectes / ingénieur master 2 DRAQ / architecte master 2 DRAQ.
Phases et évaluation :
1. Relevés, analyses urbaines et architecturales, diagnostic et hypothèses de programme - octobre 2020
2. Précisions des analyses, premiers concepts et mise au point du programme définitif - novembre 2020
3. Concepts définitifs et esquisses - Avant-projet - décembre 2020
4. Rendu projet définitif – fin janvier 2021.

Présence hebdomadaire obligatoire.
Heures
Cours magistraux : 0.00
Travaux dirigés : 80.00
Crédit ECTS
9.00
Coefficients
9.00

S9-32 : TD associé : Ressources : Expérimentation, essais et mesures associés au projet

Pascal Filatre
Laurent Protois
Patrice Gourbin
Stéphane Rioland
Heures
Cours magistraux : 0.00
Travaux dirigés : 4.00
Crédit ECTS
2.00
Coefficients
2.00

S9-33 : Cours théoriques et techniques

Responsables : Patrice Gourbin
Hala Alloujami
Stéphane Rioland
Pascal Filatre
Patrice Gourbin
Objectifs
Les travaux dirigés assoscié au projet permettent de faire le diagnostic du bâtiment existant et de son contexte , pré-requis indispensable à la démarche du projet de réhabilitation , de restauration , de réutilisation , d'extension , de récupération , de recyclage , de mutation et de régénération urbaine :
définition du potentiel de l'existant / identification de l'état structurel / des pathologies nécessitant intervention , contexte urbain etc... la précision et la pertinence de cette évaluation est un enjeu fondamental qui autorise un développement cohérent du projet .

La phase de diagnostic est répartie sur environ 4 semaines durant lesquels les étudiants suivent des cours les préparants à la réalisation et à l'acquisition des outils pour la réalisation de cette phase au fur et à mesure .





Les cours de théorie viennent en complément du cours de projet Trans-form. Ils donnent aux étudiants les bases théoriques et historiques de l’intervention sur l’existant. Ils reposent sur le postulat que la prise en compte du « déjà là » peut constituer le socle d’un projet original, doté d’une qualité spatiale et de programme, attentif à la fois aux usages actuels et à la profondeur historique du lieu d’intervention, et qui enrichit la diversité urbaine.
Contenu
Les interventions liées aux Travaux dirigés associés permettent de constituer constitue le Diagnostic préalable indispensable à la démarche de projet :
Dossier graphique , dossier structure, mémoire du lieu et du site , au terme de cette phase il doit être possible de prononcer un avis clair, précis et argumenté sur la conservation et l'occupation nouvelle envisagée de l'édifice , le potentiel et la valeur du bâti patrimonial et celle d'une remise en état .
Cette étape constitue la base indispensable au développement des phases de projet de réhabilitation/extension .

Les enseignements se font sous forme de cours magistraux et de travaux dirigés en atelier. Ils proposent aux étudiants un panorama global des pratiques de réhabilitation, organisé en quatre grands domaines : grands ensembles institutionnels, patrimoine, petites opérations, fragments urbains. L’objectif est de mettre en lumière la spécificité de l’intervention dans l’existant, à différentes échelles, et d’appréhender de manière lucide les étapes successives du processus ayant conduit à la réalisation finale.
On insiste plus particulièrement sur l’étape de l’analyse et du diagnostic. En effet, à la différence de la restauration patrimoniale institutionnelle, l’ampleur et les modalités de la conservation du bâtiment ou du site originel ne sont pas entièrement prédéterminées. La variété des exemples analysés permet de souligner le caractère nécessairement pragmatique de la démarche, où les outils doivent être adaptés aux différentes échelles, valeurs et attendus de la demande .
La façade, lieu privilégié de l’intervention, est l’objet d’une observation soutenue. Les attendus techniques (performance thermique, transformation spatiale) y rencontrent les objectifs symboliques de transformation de l’apparence exigés par le maître d’ouvrage. De ce fait, la réhabilitation aboutit souvent à une sorte de façade épaisse, qui concentre les améliorations amenées par la réhabilitation.
On déclinera enfin les trois grandes postures théoriques des maîtres d’œuvre de la réhabilitation : celle qui met en avant la forme architecturale, celle qui donne priorité à l’usage, celle qui place l’usager au centre du projet. Ces trois priorités, forme, fonction, usager, sont mis en regard des réalisations de leurs auteurs et de celles d’architectes qui pourraient avoir une démarche comparable. Ces positions théoriques sont envisagées dans une perspective critique : l’objectif est d’ouvrir la réflexion et de stimuler l’analyse.
L’École nationale supérieure d’architecture de Normandie participe au programme de recherche interministériel « Ville du XXe siècle matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle », sur le thème de la transformation des villes moyennes de la reconstruction en Normandie. Le cours de projet Trans-form s’inscrit dans cette recherche. Une séance du cours de théorie sera donc consacrée à la présentation du projet urbain des villes de la reconstruction et à la problématique de leur transformation. Dans ce cadre, des séances communes de présentation sur site pourront également être organisées en fonction des opportunités.
Mode d'évaluation
Pour les travaux dirigés une présentation et un Bilan en fin de phase des diagnostics réalisés par chaque équipe composée d'architectes et d'ingénieurs .

Pour les cours de théorie une présence assidue est attendue, avec prise de notes. Des lectures complémentaires, en fonction des centres d’intérêts personnels des étudiants, sont fortement recommandées. L’examen final sera sur table et portera sur des questions de cours.
Travaux requis
Diagnostic enveloppe clos-couvert / diagnostic structure ,infrastructure , planchers , murs porteurs , charpentes et escaliers ./diagnostic des corps d'état techniques (chauffage, ventilation, plomberie ) / diagnostic des corps d'état secondaires (menuiserie, serrurerie, peinture , revêtement de sol ) /diagnostic d'éléments spécifiques :champignons , moisissure, plomb ,termites , amiante (avec bureau d'études technique hors école pour ces derniers points si nécessaire )
Heures
Cours magistraux : 6.00
Travaux dirigés : 0.00
Crédit ECTS
2.00
Coefficients
2.00