SOUTENANCE DE THÈSE – Carole Lemans

Potentiel de l'architecture contenmporaine de roseau

2 Déc 2022
SOUTENANCE DE THÈSE – Carole Lemans
  • Recherche

14h30 – Amphithéâtre Jean Duminy

Carole LEMANS soutiendra sa thèse de doctorat ayant pour titre « Potentiel de l’architecture contemporaine de roseau ».

Cette thèse de doctorat a été préparée en sein du laboratoire ATE, sous la direction de François FLEURY.

Membres du jury
Arthur HELLOUIN DE MENIBUS, Docteur, Examinateur
Ali LIMAM, Professeur INSA Lyon, Rapporteur
Jean-Baptiste MARIE, Professeur ENSA Clermont-Ferrand, Examinateur
Soline NIVET, Professeure ENSA Paris Malaquais, Rapporteure

La soutenance sera diffusée en direct en suivant ce lien.

visuel : Living on the edge, d’Arjen Reas (Zoetermeer, Pays-Bas), 2020 © photo : Carole Lemans

Potentiel de l’Architecture contemporaine

Carole Lemans

Cette thèse de doctorat en architecture s’intéresse au potentiel de la ressource « roseau » dans l’architecture contemporaine, en prenant en compte aussi bien les enjeux liés à la filière et ses acteurs et actrices, aux dimensions constructives et performancielles, que les registres d’expression possibles.

En premier lieu, le potentiel de l’architecture contemporaine de chaume est étudié selon la distance prise avec les formes et techniques traditionnelles de la couverture de chaume. S’en suit une évaluation théorique des limites et des potentiels du matériau aujourd’hui, construite notamment par observation du contexte hollandais. Ces éléments sont alors confrontés à un ensemble de réalisations contemporaines, appréhendées d’une part selon l’analyse morphologique d’un corpus étendu, et d’autre part à travers un nombre plus restreint d‘études de cas et des discours qui les accompagnent. L’hypothèse que l’architecture contemporaine de chaume est écologique ne s’avère que partiellement juste. La réalisation de son potentiel demande en réalité certaines conditions pour être efficace écologiquement.

La seconde partie de cette thèse est délibérément prospective et propose d’étudier par l’expérimentation le potentiel de l’architecture de roseau, et non plus de chaume : peut-on rendre ce matériau plus écologique ? Elle présente trois situations de projet cherchant à innover avec le roseau, dont deux sont spécifiquement développées dans le cadre de la thèse. Avec un autre niveau de lecture sur ces expérimentations, nous observons l’influence du niveau de savoir, concernant le roseau et la technique du chaume, sur la performance du processus de conception.

La thèse observe et documente plus d’une centaine d’édifices qui se situent entre les années 2000 jusqu’à 2021. Le terrain d’étude, principalement focalisé sur la France, s’étend également à l’Europe et dans une moindre mesure au Japon, où le climat est plus ou moins similaire au climat français. Dans une autre mesure, la filière de chaume française actuelle étant peu documentée, l’enquête de terrain par l’apprentissage de la pratique de la couverture de chaume constitue une
part importante de l’apport de connaissances, aboutissant aujourd’hui à la constitution d’un réseau d’acteurs et d’actrices du roseau.