Mai 68. L’architecture aussi!

Responsable scientifique : Caroline Maniaque

Le laboratoire ATE a produit, avec l’appui du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, une version itinérante de l’exposition « Mai 68. L’architecture aussi ! », initialement présentée à la Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris, mai-septembre 2018). Cet événement proposait, cinquante ans après Mai 68, une vision élargie de l’histoire de l’enseignement de l’architecture et de son renouveau au cours des années 1960 et 1970.
Réunis à travers un dispositif mobile de cimaises et de projections, les contenus adaptés par les commissaires de l’exposition — Caroline Maniaque, Éléonore Marantz et Jean-Louis Violeau — sont désormais prêts à être exposés dans les écoles d’architecture et dans les institutions culturelles et muséales en lien avec l’architecture, la ville et les arts de l’espace, en France comme à l’étranger.

©Tous droits réservés
©Tous droits réservés

Réhabilitation à haute performance environnementale de l’habitat – REHA

Responsable scientifique : Valter Balducci

Dans le cadre du programme national d’expérimentation et de recherche REHA, le projet porte sur la formation à la réhabilitation. Celui-ci a donné lieu à un cycle de séminaires et à la parution d’un ouvrage, édité avec le soutien du PUCA, et sondant les sujets suivants : Comment former étudiants et professionnels ? Quels sont les enseignements supérieurs proposés en France ? Quels établissements ou structures dispensent ces formations ?

Histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle (HEnsA20)

Responsables scientifiques : Tricia Meehan, Valter Balducci : volet rouennais

Il n’existe pas, aujourd’hui une histoire de l’enseignement de l’architecture dispensé par celle qui en gouverna pendant deux siècles la destinée en France : l’école des beaux-arts (Ensba). Certains se sont penchés sur son rayonnement au XIXe siècle, d’autres, plus récemment, sur les bouleversements qui y ont eu lieu autour de 1968.

Mais, entre la période faste de lʼÉcole, durant laquelle convergeaient vers Paris provinciaux et étrangers pour fréquenter les ateliers du quai Malaquais, et celle qui a signé la fin de ce modèle, plusieurs décennies se sont écoulées sur lesquelles presque rien n’a été écrit.

Et c’est sans parler des Écoles régionales, ces succursales créées en 1903, pour ne pas obliger les élèves à « monter » à Paris, au sujet desquelles règne le plus grand silence.

©ENSA Normandie
© Raphaël Rattier

CobBauge – Projet Interreg

Responsable scientifique : François Streiff

Le Parc Naturel Régional Marais du Cotentin et du Bessin (PNRMCB) a développé une expertise pointue des techniques de construction présentes sur le territoire.

Son ambition est de permettre le développement de compétences capables d’assurer la restauration du patrimoine existant. Ce partenariat a pour but d’explorer le potentiel technique de cette matière, au-delà du paradigme morpho-technique traditionnel.

© Tous droits réservés

Ressource culturelle et projet urbain – Les villes moyennes de la Seconde Reconstruction

Responsables scientifiques : Patrice Gourbin et Camille Bidaud

Ce projet s’inscrit dans le programme interministériel “Architecture du XXe siècle, matière à projet pour la ville durable du XXIe siècle“.

Il est porté conjointement par le Ministère de la Culture, le Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère de la Cohésion des territoires en lien avec le PUCA, l’Agence nationale pour le renouvellement urbain, la Caisse des dépôts et consignations et l’Union sociale pour l’habitat.

Ce programme est par ailleurs inscrit dans la convention d’objectifs 2016-2020 signée par les ministères de la Ville et de la Culture, parmi les actions visant à « faciliter l’appropriation du cadre de vie par les habitants en développant la qualité architecturale et la prise en compte du patrimoine du XXe siècle, de l’histoire et de la mémoire des quartiers de la politique de la ville ».

EC-45/85 – Les réalisations culturelles 1945-1985 en France, une architecture du XXIe siècle ?

Responsables scientifiques : Élise Guillerm, Xavier Dousson ENSAPL Lille

EC 45/85 désigne une typologie architecturale singulière : les équipements culturels du second XXe siècle, abordés par le prisme de l’évolution du bâti et mesurés par une approche pluridisciplinaire.

Ces édifices ont, en leur temps, permis une recherche architecturale ouverte pour leurs concepteurs, à la fois expérimentale et à la croisée de l’ensemble des arts de l’espace.

Ils représentent des objets originaux, prestigieux, et identifiés par les usagers. Sans perdre de vue l’actualité de ces édifices, l’enjeu de cette recherche consiste à mettre en lumière la valeur culturelle et collective qui les entoure, depuis leur édification jusqu’à nos jours. Il s’agit de faire émerger la part symbolique et imaginaire de ces édifices architecturaux, encore trop peu souvent convoquée dans le cadre de projets d’adaptations du bâti.

©AnnLiz Bonin
©Tous droits réservés

Smart French – le logement collectif du second XXe siècle au prisme de l’énergie

Responsable scientifique : Raphaël Labrunye

Le projet propose de définir une nouvelle approche concernant l’amélioration thermique des édifices de logement construits dans l’après‐guerre.

Ces bâtiments constituent un réservoir considérable d’économies d’énergie et présentent en même temps une esthétique singulière et fragile. Or, les modes d’intervention actuels montrent leurs faiblesses en aboutissant à des édifices étanches où l’ensemble des dispositifs thermiques et aérauliques sont mécanisés, mettant l’homme à distance de son environnement.

ANR The Regeneration of Large-Scale Social Housing Estates through LivingLabs

Responsable scientifique : Dominique Lefrançois

Ce programme cherche, en croisant les méthodes, regards de pays, disciplines et métiers différents, à interroger les pratiques participatives de projet dans les quartiers HLM, à interroger les frontières entre la recherche et le projet.

Recherche financée par l’ANR, le programme européen Smart City, fait s’associer l’Université Libre de Bruxelles, le laboratoire de recherche AHTTEP de l’ENSA Paris-La-Villette, l’École Polytechnique de Milan.

©Tous droits réservés
Logo ©Archéa

ARCHitectural European medium-sized City Arrangement – ARCHEA (Erasmus+ – Key Action 2 – Strategic partnerships for higher education)

Responsables scientifiques : Valter Balducci, Pierre-Antoine Sahuc

Les actions relevant de l’action clé nº 2 permettent aux organisations de différents pays participants de coopérer, d’élaborer, de partager et d’échanger les meilleures pratiques et les approches innovantes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.

Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines – Popsu

Responsables scientifiques : François Fleury et Élise Guillerm

La création de la Métropole Rouen Normandie en 2015 a été l’aboutissement d’un processus récent, qui a conduit quatre communautés à fusionner en 2010 pour bâtir une communauté d’agglomération rassemblant soixante-et-onze communes et près de 490 000 habitants. Cela a permis un changement d’échelle dans l’appréhension du territoire et le déploiement de nouvelles politiques publiques.

Il s’agit d’examiner ce qui a rendu possible ce processus, comment il s’est déroulé, mais aussi d’en mesurer l’impact, notamment dans les modes de relation avec le tissu productif local et la prise en charge des dynamiques sociales et environnementales.

Logo ©Popsu

Chaire partenariale AMBIOS

Responsable scientifique : François Fleury

Les questions actuelles de transition écologique et énergétique associées à la transition numérique nécessitent de repenser les systèmes de production.

Ces interrogations défient les établissements d’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) dans les savoirs et savoir-faire à transmettre aux étudiants.

Ainsi, et pour aller plus loin, UniLaSalle lance la Chaire Industrielle Agro-ressources et Matériaux BIOSourcés Normandie. L’ENSA Normandie est partenaire académique de cette chaire.

Parce que la demande sociétale évolue, l’architecture évolue également pour ancrer toujours un peu plus la démarche architecturale dans une approche de développement durable de l’habitat, qui passe par la maîtrise de nouveaux matériaux.

© Unilasalle