S8-UE2 : 2° CYCLE MASTER

Semestre 8

Architecture Recherche et Expérimentation

Responsables de semestre : Noura Arab François Fleury
Noura Arab
François Fleury

S08-TRA-2-1 : Séminaire de recherche

Responsables : Noura ArabFrançois Fleury
Noura Arab
François Fleury
Patrice Gourbin
Camille Bidaud
Objectifs
Les trois semestres du séminaire TRANSFORM visent les compétences suivantes en matière d’initiation à la recherche :
• Avoir une représentation juste de l’activité de recherche scientifique. Selon l’initiation qui aura été introduite en licence, il s’agira en master de mieux connaître les méthodologies de la recherche, ses objets, les conditions de sa production, ses domaines d’application, dans toute leur variété. En termes de compétences à proprement parler, l’étudiant doit être capable de situer son activité de recherche dans différents courants épistémologiques, de caractériser les différentes acceptions du terme « recherche ».
• Réaliser un état de l’art. Réaliser un état de l’art consiste à identifier les travaux, savoirs et méthodes déjà existantes qui éclairent une problématique donnée, et d’évaluer leurs cohérences, contradictions, complémentarités. L’étudiant doit donc être capable de conduire une analyse de son matériel de référence selon des critères explicites. Ainsi les capacités de synthèse, d’analyse et d’évaluation sont indissociables. Elles permettent une appropriation des travaux antérieurs de sorte à pouvoir les intégrer à sa propre démarche.
• Pratiquer une démarche scientifique. On considère ici que l’argumentation logique est ce qui fonde toute démarche scientifique, quel que soit le champ concerné, de la philosophie à la mécanique quantique. La capacité d’argumentation étant constamment sollicitée dans la vie de tous les jours, il s’agit pour les enseignements à la recherche de préciser et d’assumer les conditions de validité de l’argumentation. L’étudiant doit ainsi être capable d’énoncer son régime probatoire, d’identifier les descripteurs et paramètres du phénomène étudié, de mobiliser des outils adaptés.
• Communiquer des résultats scientifiques. Il s’agit d’être capable d’adapter la forme de communication au caractère scientifique du contenu. Cela porte sur la mise en valeur du bien fondé de la démarche, de la nouveauté, de la portée et des limites des résultats obtenus. Cette compétence ne peut se développer sans les deux précédentes qui incluent en particulier la capacité de synthèse et la qualité de l’argumentation. Enfin, le contenu spécifique demande une écriture qui explicite la pensée, en utilisant des termes précis et univoques.
• Connaître l’environnement de la recherche/intégrer une dynamique de recherche. Cette compétence consiste à être capable de pratiquer l’activité de recherche dans un contexte qui lui soit dédié. Entre dans cette compétence le fait de pouvoir s’intégrer dans un projet de recherche avec ses contraintes d’objectifs, de ressources, d’échéances, d’acteurs. Il s’agit aussi de comprendre l’organisation d’équipes de recherche, de connaître la variété des tâches associées, de la réponse à appels à projets jusqu’aux stratégies de valorisation
Contenu
Tout en poursuivant cet objectif pédagogique, le séminaire se veut le lieu de production de savoirs cumulatifs, propres au domaine d’étude, et donnant lieu périodiquement à une publication scientifique de bon niveau. Plus précisément, il est attendu de chaque étudiant en M1 une contribution à un inventaire régional (de techniques, d’édifices, de formes urbaines, etc) à redéfinir périodiquement, et problématisé. Cette première production se concrétisera du point de vue de l’étudiant par le rendu d’un document articulant une fiche signalétique normée pour un ou plusieurs spécimens avec leur analyse sous forme d’études de cas.

Le thème retenu pour les années 2022-2024 est la caractérisation du bâti de Normandie en matière d’adéquation aux climats à venir. La préoccupation environnementale conduisait déjà les architectes engagés à mettre en œuvre les principes de l’éco-conception, dont l’objectif est de minimiser l’impact des édifices sur l’environnement tout au long de son cycle de vie : associer une démarche bio-climatique avec le choix de matériaux écologiques, peu transformés, peu transportés, renouvelables ou réutilisés, qui minimisent les émissions de gaz à effet de serre.
Malgré ces efforts, les habitudes et logiques de rentabilité ont limité le renouvellement des pratiques, et force est de constater que le changement climatique est déjà perceptible. Les évaluations des climatologues du GIEC local prévoient avec une quasi-certitude une augmentation du nombre et de l’amplitude des sécheresses, inondations, et canicules. Alors que les interventions susceptibles de réduire les risques associés aux deux premiers sont essentiellement de l’ordre technique, l’architecture dans son ensemble est davantage impliquée dans la réduction des impacts des vagues de chaleur sur le bien-être, la santé, l’économie.

Il est de ce fait demandé aux architectes de fournir à la société une meilleure connaissance du potentiel de l’architecture locale à faire face à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des canicules, région par région, micro-climat par micro-climat. Dans cet objectif il est nécessaire :
* de caractériser le bâti local en matière de confort thermique d’été
* d’identifier les ilôts de chaleur urbains, et plus globalement les zones de risque aggravé
* de proposer des stratégies d’intervention par typologie de bâti et de situation
* d’évaluer les gains et la faisabilité d’une politique volontariste en matière d’adaptation du bâti.

Le principe pédagogique consiste à construire avec les étudiants la méthodologie appropriée pour :
* faire l’inventaire des caractéristiques du bâti ayant une influence sur le confort thermique d’été
* identifier des grandes familles typomorphologiques susceptibles de comportements similaires
* recueillir les données par l’observation et le dépouillement d’archives et enrichir les bases de données.
* identifier des spécimens représentatifs sur lesquels conduire l’évaluation du confort thermique d’été et les qualités de l’édifice à préserver.

Suite à un premier travail collectif de genèse méthodologique, chaque étudiant.e ou binôme d’étudiant.es aura la responsabilité de décrire un secteur de l’agglomération, de sorte à couvrir l’ensemble des situations (dates, densité, micro-climats).
Mode d'évaluation
Contrôle continu : 30 %
• présence et engagement
• rendus intermédiaires tels que fiches de lecture, dossier d’observations, comptes-rendus d’enquêtes, rapport d’avancement du mémoire.

Rendu final 70 %
• présentation orale : 20 %
• rendu écrit : 50 %
Travaux requis
Rapport de recherche reprenant les éléments du S7, et conduisant à la production de fiches d’inventaire standardisées
Heures
Cours magistraux : 0.00
Travaux dirigés : 40.00
Crédit ECTS
6.00
Coefficients
1.00

S08-TRA-2-2 : Fabrique 2 : Saisir l'existant

Responsables : Noura ArabFrançois Fleury
Noura Arab
François Fleury
Antoine Apruzzese
Objectifs
Rajouter la prise en compte des différents critères environnementaux comme paramètres essentiels à mettre en œuvre lors d’une rénovation, transformation, reconversion, ou autre type d’intervention sur un bâtiment existant, en prenant en compte l'utilisation des matériaux écologiques. Ces critères sont les économies d’énergie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration du confort, l’utilisation des matériaux écologiques, bio-sourcés, geo-sourcés, etc
.
Contenu
Le contenu est basé sur un exercice qui permet aux étudiants de proposer des solutions écologiques d’amélioration énergétique de/des bâtiment(s) existants (objet du travail en atelier du projet) à travers une expérimentation sur la matérialité de l’enveloppe du bâtiment existant.
Dans une optique de développement de la pensée complexe, le sujet est introduit autour d’une expérimentation des différents matériaux bio-sourcés appliquée à l’enveloppe du bâtiment existant afin de trouver la meilleur composition des parois (Mur, toiture, plancher) qui permet d’améliorer la performance énergétique du bâtiment. La rénovation énergétique d’un bâtiment existant est le support de cet exercice de projection dans une conception bas carbone du XXIe siècle.
Mode d'évaluation
Évaluation de TD: Travail continu, présence obligatoire en Fabrique.
Production et présentation collective et personnelle hebdomadaire.
Un rendu final de l’exercice demandé à la fin de l'enseignement (dossier + présentation orale)

Contrôle continu : 30 %
• présence et engagement
• rendus intermédiaires.

Rendu final 70 %
• présentation orale : 20 %
• rendu dossier final : 50 %
Travaux requis
Le travail consiste à :
1. Analyser la performance thermique du bâtiment existant et la comparer avec les exigences minimales attendues pour l’obtention du STANDARD PASSIF (la performance de la toiture, de la dalle basse des menuiseries, et des façades).
2. Le calcul énergie grise et impact CO2 du bâtiment existant ( la toiture, de la dalle basse des menuiseries, et des façades) et la comparer avec les exigences minimales attendues pour le RE2020.
3. Proposer une rénovation énergétique de l’enveloppe qui reprenne les principes fondateurs de l’architecture étudiée d’une part, et qui réponde aux exigences des performances thermiques STANDARD PASSIF, RT2012 et RE2020.
4. En fonction des disponibilités des moyens, il sera demandé d'expérimenter à l’échelle 1 la performance des parois

Partenaire possible pour la récupération des matériaux bio-sourcées avec le parc naturel régional
Heures
Cours magistraux : 0.00
Travaux dirigés : 20.00
Crédit ECTS
2.00
Coefficients
1.00